Catégorie  Dans les médias

Le mystère de Lescout : « On veut juste savoir ce qu’on respire »… l’administration traîne, la fronde resurgit

En France, le sujet de l’élevage intensif revient régulièrement sur le tapis depuis quelques mois. En mai, une proposition de loi « pour un élevage éthique » défendu par la sénatrice écologiste Esther Benbassa a été rejetée par le Sénat. Le texte entendait favoriser l’accès au plein air de tous les animaux d’élevage tout en créant un fonds de soutien aux agriculteurs.

17 octobre 1961 : la gauche estime que Macron ne va pas assez loin, la droite fustige une criminalisation de l’histoire de France

Un propos partagé par la sénatrice EELV Esther Benbassa. Dans un tweet publié samedi après la commémoration, celle-ci estime que les déclarations du président de la République sont «un pas en avant» mais restent «insuffisantes pour réparer les mémoires blessées». «Il est temps de reconnaître le 17 octobre comme un crime d'État», juge-t-elle.

Légalisation du cannabis : débats au Sénat

Dès 2014 je me suis engagée pour la légalisation controlée du cannabis récréatif. Je me suis battue aussi pour le cannabis thérapeutique. L'opinion a évolué. Santé, allègement des souffrances, sécurité, mise à mal des traffics, nous avons tout à y gagner. Maintenons la pression !

Depuis les attentats de 2015, des progrès ont-ils été faits dans la lutte contre la radicalisation ?

« Nous l’avions visité, le 3 février 2017, et à cette époque, une seule personne était présente. C’était inutile, « se souvient alors la sénatrice écologiste Esther Benbassa, à la tête de cette mission d’information. Le rapport de cette mission sénatoriale préconisait de mettre « l’accent sur l’individualisation, l’accompagnement sur mesure et la transversalité de la prise en charge » et d’assurer une meilleure resocialisation et réinsertion.

Loi antiterroriste : le Sénat adopte sa version du texte

Nul ne peut dans cet hémicycle prétendre ne pas prendre au sérieux la menace terroriste, mais la lutte antiterroriste ne saurait servir de prétexte au fichage des personnes atteintes de troubles psychiatriques », a défendu l’écologiste, Esther Benbassa en pointant le peu de cas fait du secret médical.